Au Coeur de Ta vie

Catherine Puech (catherinep)

Témoignage  |  Oeuvres publiées

Projet

Ce témoignage relate le parcours de vie et de santé de Benjamin, un enfant né avec une cardiopathie congénitale, qui doit s'adapter à une vie différente de celle des autres enfants.https://www.facebook.com/aucoeurdetavie
15.55 €
Veuillez vous connecter pour pouvoir commander un ou plusieurs exemplaires de cette oeuvre publiée.
Se connecterS'inscrire
Disponible en librairie.
Boutiques partenaires :

Synopsis

Voir la revue de presse

Découvrez " Au coeur de ta vie "  sur

Benjamin est né en 2000 avec une malformation cardiaque congénitale rare : une atrésie pulmonaire.
Ce livre relate son combat quotidien pour la vie, accompagné de sa famille. C’est l’histoire d’un enfant différent, qui doit s’adapter et faire face aux difficultés qu’il rencontre dans sa vie, à l’école, où à l’hôpital. Ce récit, totalement authentique, prend la forme du journal de bord d’une maman qui note, jour après jour, chaque étape de ce parcours de santé difficile, comme une thérapie, un exutoire à la souffrance. Parfois, certaines scènes cocasses nous laissent entrevoir la personnalité bien affirmée de l’enfant, plein de ressources, et décidé à vivre, quoi qu’il en soit, et malgré tout ce que les médecins peuvent penser, ou lire dans les statistiques.
C’est un défi lancé à la science et avec lui tout devient possible…

Personnage

Benjamin : le fils
Gilles : le père de Benjamin
Delphine : la soeur de Benjamin
Rémy : le beau frère de Benjamin
Line : la grand-mère de Benjamin
Michel : le grand-père et le parrain de Benjamin
Ethan : le neveu de Benjamin
Moi : la mère de Benjamin

Vidéo

.

Extrait

Mardi 19, je suis sortie de la maternité, sans mon bébé. Tout le personnel m’a souhaité bon courage, ils savent que les jours à venir seront difficiles. Lorsque je me retrouve dans la cour de l’hôpital, je me souviens…La nuit où j’étais entrée à la maternité, nous étions impatients… Notre enfant allait naître. Je souhaitais tellement avoir ce deuxième enfant…
Aujourd’hui, nous ne rentrons pas à la maison. C’est le jour de l’opération. Nous roulons en direction de la clinique, dès ce matin. Papa nous accompagne. Nous sommes à la fois impatients de retrouver notre fils et angoissés par l’intervention qu’il va subir.
- J’espère que je pourrai le voir avant son départ pour le bloc.  Arrivés au premier niveau, nous sonnons et l’infirmière nous accueille. Nous entrons dans la pièce
destinée au protocole d’asepsie. Nous sommes tous très angoissés avant de franchir la porte du service.
Dans ce sas, nous nous préparons psychologiquement à la confrontation avec la maladie, à la souffrance du malade, ainsi qu’aux mauvaises nouvelles que les médecins nous assènent parfois.
Deux sentiments se mêlent lorsque nous entrons : la hâte de retrouver le bébé et la crainte de le voir en souffrance.
Dans la matinée, Benjamin est conduit au bloc opératoire. Nous sortons de la clinique. Vers 14h00 il sera de retour et nous aurons de ses nouvelles. Nous tentons d’oublier les propos du cardiologue qui faisaient référence aux statistiques sur le taux de mortalité des nourrissons.
Nous avons décidé d’aller nous restaurer à la cafétéria d’un grand magasin à proximité de la clinique.
Mon esprit est préoccupé, mais le stress m’ouvre l’appétit. Je recherche du réconfort dans la nourriture.
Dans ma petite enfance, j’étais une enfant fragile et j’aimais bien manger. Tout d’abord, parce que cela me procurait du plaisir et me réconfortait, mais aussi, parce que j’avais l’impression que cela me redonnait des forces et m’aidait à aller mieux. Plus tard, le moindre stress me donnait faim.
Après le repas, nous nous promenons dans le grand magasin en attendant l’heure du retour à la clinique. J’en profite pour visiter le « rayon bébé ». Ainsi, j’ai l’impression d’être une maman comme les autres qui vient acheter un vêtement pour son enfant. Comme un défi jeté à la fatalité, pour conjurer le
sortilège, je choisis un petit chapeau pour le printemps.
- Non, tu ne mourras pas aujourd’hui !

Ajouter un nouveau commentaire

  • Votre email ne sera jamais publié

  • Doit commencer par http:// ou https://

  • Merci de ne pas inclure de balise HTML.
  • Supprimer la réponse

Liste des Commentaires (2263)

joseph 7 juillet 2014 15:06 #1 reply report
Un tres beau texte. 
joseph 7 juillet 2014 15:06 #2 reply report
Un tres beau texte plein d'émotion et un vrai style à son service. Je vote.
Catherine Puech 8 juillet 2014 16:51 #3 reply report
joseph Un tres beau texte plein d'émotion et un vrai style à son service. Je vote.

Merci pour ces commentaires qui me touchent beaucoup. Si l'émotion est au rendez-vous c'est tout simplement parce qu'elle a été vécue au plus profond de nos êtres dans ce parcours de santé où tout est véridique.
Mélanie chaigne 10 juillet 2014 15:29 #4 reply report
Je me suis beaucoup retrouver dans le début de votre histoire puisque mon petit garçon est né le 7 Decembre 2013 avec une APSI. Ce sentiment d'impuissance, d'abandon, cette colère, la culpabilité, et surtout cette irresitible envie de crier " laisser mon bébé tranquille!!!".Il a lui aussi eu une dérivation cavo-pulmonaire partielle à 4 mois, en Avril. Pour le moment, il va très très bien et j'espère que la suite sera plus simple pour nous. La vie nous le dira mais j'ai confiance en lui. C'est déjà un battant!
J'espère que votre livre sera publié.
Bon courage à vous et surtout à Benjamin pour continuer son combat. 


Catherine Puech 10 juillet 2014 21:17 #5 reply report
Mélanie chaigne Je me suis beaucoup retrouver dans le début de votre histoire puisque mon petit garçon est né le 7 Decembre 2013 avec une APSI. Ce sentiment d'impuissance, d'abandon, cette colère, la culpabilité, et surtout cette irresitible envie de crier " laisser mon bébé tranquille!!!".Il a lui aussi eu une dérivation cavo-pulmonaire partielle à 4 mois, en Avril. Pour le moment, il va très très bien et j'espère que la suite sera plus simple pour nous. La vie nous le dira mais j'ai confiance en lui. C'est déjà un battant!
J'espère que votre livre sera publié.
Bon courage à vous et surtout à Benjamin pour continuer son combat. 



Bonjour Mélanie,

Je vous remercie pour ce commentaire très touchant. Pour votre enfant j'ai confiance car, même lorsque le parcours de santé est difficile (comme pour Benjamin), ces enfants ont tellement la vie chevillée au corps qu'ils s'en sortent avec force et courage. Il ne faut jamais cesser d'y croire et surtout il faut leur faire sentir qu'on les aime plus que tout. Le secret de la réussite c'est l'amour. 
Même lorsque les médecins disent que c'est perdu il reste encore une chance...et merci d'avoir pris le temps de lire mon manuscrit.
Guerraud Sonia 10 juillet 2014 23:23 #6 reply report
Un témoinagne émouvant qui relate l'histoire d'un enfant atteint de cardiopathie congénitale qui touche 8 enfants pour mille
luc mauri 12 juillet 2014 17:58 #7 reply report
Magnifique et bouleversant.
cyri vieu 21 juillet 2014 18:40 #8 reply report
Hâte de lire le livre de Benji, 
Je connais votre petit bout de choux mais je pense être loin de connaître son combat au quotidien... 
C'est un petit bonhomme plein de ressources, exemplaire, entouré d'une famille qui l'aime et le soutien!

A très vite 

un gros bisou à vous 
Catherine Puech 23 juillet 2014 20:45 #9 reply report
cyri vieu Hâte de lire le livre de Benji, 
Je connais votre petit bout de choux mais je pense être loin de connaître son combat au quotidien... 
C'est un petit bonhomme plein de ressources, exemplaire, entouré d'une famille qui l'aime et le soutien!

A très vite 

un gros bisou à vous 

Merci Cyril pour ton soutien. Ta petite aussi est belle.
Chab 10 août 2014 22:06 #10 reply report
Catherine et Benjamin,
Nous nous croisons à l'hopital. J'apprends ce jour votre histoire par le journal.
Félicitations pour votre courage à tous deux.
J'espère de tout coeur le succès de votre livre et de gros progrès rapides pour la santé de Benjamin.
à bientôt
Martine

Proposition d'oeuvres

du même genre littéraire


Le salon du manuscrit

Le Salon du Manuscrit est une maison d'édition participative offrant à tous la possibilité de découvrir et soutenir des œuvres en les commentant afin d’apporter critiques constructives aux auteurs et en votant pour les défendre, ou encore en rejoignant notre équipe des lecteurs du comité. Dès 75 votes atteints, le manuscrit passe en souscription. S'il est commandé à 250 exemplaires en trois mois, il sera publié par notre maison d'édition partenaire, la Maison de la Fiction. S'en suivront sa diffusion et sa distribution en dans notre librairie à 1000 exemplaires au moins. S'il se vend à moins de 250 exemplaires, il sera imprimé et envoyé aux souscripteurs par nos soins.


Nos partenaires

Haut de page
Le salon du manuscrit ©2013