Les bonnes nouvelles

Laurent Jardin (laurentjardin)

Roman littérature blanche  |  Oeuvres à sélectionner

Projet

Première partie d'une trilogie sur le rock et les idéaux de jeunesse que l'on abandonne un jour sur une aire d'autoroute...
8
Veuillez vous connecter pour voter.
Se connecterS'inscrire

Synopsis

Maurane, jeune chanteuse manquant d’assurance, se réveille un beau matin l’esprit embrumé, soudain mêlée à une sombre histoire de vol. Elle vit entre Paris et Annemasse, où Sophie, l’ancienne chanteuse de son groupe, a décidé de tenter sa chance en solo dans un télé-crochet. Son parcours la mènera à la capitale, où Leila, jeune espoir suédois de la mode, a vu sa vie basculer au cours d’un défilé. Dans le même temps, de l’Asie aux États-Unis, Pauline, journaliste ambitieuse, enquête sur les bandits les plus excentriques. Ces jeunes femmes, ainsi que d’autres, se croisent malgré elles au cours d’une aventure moderne, sur fond d’intrigues mystérieuses et de guerres invisibles.

Extrait

Dans la salle, les lumières s’étaient estompées comme au théâtre. Le podium était désormais une scène sur laquelle le défilé racontait la légende imaginée par le créateur. De là où elle se trouvait, Leila pouvait observer « L’Araignée », créature mi-femme mi-arachnide incarnée par trois mannequins contorsionnistes. La robe qui les recouvrait était d’une telle complexité qu’une personne seule eût les plus grandes peines du monde à la porter sans se couvrir de ridicule. Par une performance physique proche d’un truc de magicien, les trois femmes laissaient dépasser quatre jambes, quatre bras et six yeux. Ces derniers étaient assemblés par un masque imitant à la perfection la peau humaine et complétés par une quatrième paire de verre. L’ensemble, quoique monstrueux, était saisissant de réalisme (si tant est qu’une chose pareille ait pu exister) et probablement confectionné par un studio spécialisé dans les effets spéciaux de cinéma. Quant aux membres, ils surgissaient de la soie de façon à reproduire la démarche caractéristique des araignées.

Le public présent, trié sur le volet cela va sans dire, resta fasciné par le ballet de l’étrange apparition. Leila commença à se demander si elle serait à la hauteur. Bien sûr, elle trouvait la robe que Jampo avait imaginée pour elle somptueuse, mais que pouvait-elle face à cette superproduction de la couture ? Dans l’esprit de son protecteur, elle était La Beauté éclairant le monde, la nouvelle reine dont la seule vision envoûterait les simples mortels. Car pour Jampo, cela ne faisait pas un pli. Leila Summers gagnerait son ticket pour l’immortalité ce soir même.

Combien de temps resta-t-elle là, figée en coulisses ? Le numéro de l’araignée n’était pas long en soi mais pour Leila les secondes paraissaient suspendues. Elle repensait à ses parents, qu’elle n’avait jamais connus. Ou peut-être avait-elle été trop jeune pour en garder le moindre souvenir ? Car elle se rappelait avec certitude d’une femme, qui tirait la pulka sur laquelle se tenait une Leila encore incapable de marcher. Tandis qu’aujourd’hui, elle le savait, personne ne marchait mieux qu’elle. Consciente de sa présomption, elle ravala un sourire gêné et repensa avec un peu de honte aux mots du photographe : « T’es consciente de l’effet que tu fais aux hommes, hein, poufiasse ! » Oui, bien sûr qu’elle l’était et, du haut de ses seize ans, elle avait accepté d’être celle sur laquelle ils jouiraient tous, protégée par le papier glacé.

Ajouter un nouveau commentaire

  • Votre email ne sera jamais publié

  • Doit commencer par http:// ou https://

  • Merci de ne pas inclure de balise HTML.
  • Supprimer la réponse

Liste des Commentaires (2)

Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 22 juin 2015 14:00 #1 reply report
Wilfried Bonnin Une nouvelle/roman surprenante, qu'en avez vous pensez?
19 juin, 19:08 · J’aime

Audrey Lbz Ecriture par "flashs" successifs intéressante néanmoins je me suis perdue dans le seconde moitié car j'ai perdu l'intrigue de départ (le vol du collier) et je trouve qu'il y a trop de personnages secondaires et parfois un manque de cohérence.
19 juin, 19:09 · Je n’aime plus · 1

Wilfried Bonnin les thèmes et univers abordés sont plutot originales
19 juin, 19:09 · Modifié · J’aime

Wilfried Bonnin c'est vrai pour l'abondance de personnages principaux/secondaires
19 juin, 19:10 · Modifié · J’aime

Wilfried Bonnin tous féminins ( en partie )
19 juin, 19:10 · Modifié · J’aime

Audrey Lbz Oui c'est vrai que les thèmes sont intéressants et certains passages sont réussis comme celui du défilé et ça montre des aspects de certains pays sous un angle original. Il faudrait mieux articuler l'ensemble je trouve tout en gardant cet aspect "halluciné". Enlever certaines scènes peut-être et/ou resserer sur deux ou trois personnages ?
19 juin, 19:12 · Modifié · Je n’aime plus · 2

Audrey Lbz Et renforcer le fil rouge de l'histoire je pense que ça permettrait de ne pas décrocher
19 juin, 19:13 · Modifié · Je n’aime plus · 2

Wilfried Bonnin c'est vrai que l'ensemble est un peu trop décousu. j'ai pour ma part trouvé la fin un peu expéditive
19 juin, 19:14 · J’aime

Audrey Lbz Moi j'avais perdu l'intrigue de départ du coup j'ai eu du mal à me "remettre dedans" à la fin
19 juin, 19:17 · J’aime

Charlotte Bardon La chute est trop rapide.
19 juin, 19:17 · J’aime

Margot Égalité Je suis d'accord beaucoup de scènes marquantes mais on peine à dégager une cohérence; le risque est de perdre le lecteur ce qui est dommage car l'écriture est accrocheuse et nous plonge dans un univers incertain très intéressant.
Wilfried Bonnin, Responsable du RSL 22 juin 2015 14:00 #2 reply report
Wilfried Bonnin on rentre difficilement dans l'histoire c'est vrai, mais j'apprécie la démarche de l'auteur d'associer dans son histoire des univers que tout semble opposer
19 juin, 19:35 · Modifié · J’aime · 3

Loic Duroy Il y a une incertitude qui imprègne le lecteur et j'ai beaucoup aimé l'ambiance, par contre il y a des problèmes de cohérence et en ce sens je partage l'avis de Margot Égalité
19 juin, 19:36 · J’aime · 2

Audrey Lbz D'accord pour l'ambiance après elle prend parfois trop le pas sur l'intrigue et la construction générale du roman à mon goût
19 juin, 19:37 · J’aime · 2

Maude Pirrelet C'est une nouvelle surprenante dont l'ambiance et l'univers nous happe. j'ai pour ma part trouvé beaucoup de finesse et de sensibilité dans ce texte.
19 juin, 19:39 · Je n’aime plus · 5

Isabelle Pierre-Durand De belles trouvailles littéraires mais parfois j'ai decroché car j'ai eu l'impression qu'il y avait des confusions, néanmoins l'ambiance est géniale.
19 juin, 19:48 · J’aime · 3

Audrey Lbz Il y a une impression de flou, à un moment on parle d'une chanson d'Indochine et je trouve que l'esthétique générale du roman y ressemble mais attention à la cohérence et à l'articulation de tout ça
19 juin, 19:53 · Modifié · J’aime · 3

Benedicte Vidor la lecture est ensorcelante et comble on est un peu perdu parfois.
19 juin, 19:56 · J’aime · 2

Benedicte Vidor Un fil rouge un peu plus " épais " et on serait comblé.
19 juin, 20:08 · J’aime · 2

Benedicte Vidor Un tres beau texte dans l'ensemble. Je vais etre obligée de vous quitter et vous souhaite à tous une excellente soirée.
19 juin, 20:15 · J’aime

Laurent Jardin Bonjour tout le monde, désolé de n'avoir pu être présent hier soir mais en tout cas merci beaucoup pour vos commentaires, très intéressants et précieux pour moi !
20 juin, 14:54 · J’aime · 1

Laurent Jardin Pour rebondir un peu sur vos commentaires...

Audrey Lbz a vu juste : ce projet d'écriture est né d'une envie de rendre hommage aux chansons d'Indochine qui ont bercé mon enfance dans les années 80. Au début je pensais juste faire de courtes nouvelles ...Voir plus

Proposition d'oeuvres

du même genre littéraire


Le salon du manuscrit

Le Salon du Manuscrit est une maison d'édition participative offrant à tous la possibilité de découvrir et soutenir des œuvres en les commentant afin d’apporter critiques constructives aux auteurs et en votant pour les défendre, ou encore en rejoignant notre équipe des lecteurs du comité. Dès 75 votes atteints, le manuscrit passe en souscription. S'il est commandé à 250 exemplaires en trois mois, il sera publié par notre maison d'édition partenaire, la Maison de la Fiction. S'en suivront sa diffusion et sa distribution en dans notre librairie à 1000 exemplaires au moins. S'il se vend à moins de 250 exemplaires, il sera imprimé et envoyé aux souscripteurs par nos soins.


Nos partenaires

Haut de page
Le salon du manuscrit ©2013